jeudi 19 octobre 2017

Cinéma : Blade Runner 2049

Denis Villeneuve a réalisé la suite du film de Ridley Scott, inspiré par la nouvelle Do Androids Dream of Electric Sheep ? de Philipp K Dick. Elle commence par l’enquête d’un blade runner, l’officier K du Los Angeles Police Department, en 2049. Il obéit et tue les réplicants, des androïdes devenus des esclaves, jusqu’au moment où il doute de son identité : androïde ou humain ? Doté de souvenirs d’enfance ou d’implants ? Qui fut cette réplicante enceinte ? Les Wallace tentent de dominer cette race. Ils tuent tout ce qui dérange sans états d’âme, le chef est aveugle.
L’enquête de K, pour retrouver l’enfant hybride, le plonge dans une caverne grouillant d’enfants-ouvriers en guenilles médiévales, des orphelins. Un film en forme de quête pour retrouver celui dont le récit de la naissance est fait de suppositions, de doutes et d’une élucidation ultraviolente. Ne rappelle-t-elle pas l’origine du Christ ?


Cette recherche identitaire est avant tout donnée à voir dans un magnifique décor de jeu vidéo géant, dont le scénario est rythmé par une chorégraphie lente : un microcosme urbain carbonisé, de claires volutes dans des bulles innommées… Visions architecturales sérielles, poussées à l’extrême par un désordre de plans-séquences, d’images fixes ou de travellings cosmiques. Alternent surfaces poussiéreuses et lisses, démontage de gueules d’ange et regards fixes à l’intimité glacée… réplicants, non réplicants ? La découverte de la capacité de reproduction de ces esclaves annoncerait leur libération possible… Un hologramme sexy se fait offrir en cadeau de quoi ressentir des sensations… Devenir humain serait un must. 

VK

vendredi 29 septembre 2017

Un cowboy à l'imaginaire précaire





Tentative d’approche de Cowboy light, premier roman de Frédéric Arnoux, paru aux éditions Buchet-Chastel en 2017.

Chronique littéraire du roman Cowboy light
Cowboy light, Frédéric Arnoux, Buchet-Chastel, 2017
Un petit vendeur de shit endetté, rêveur et fêtard, raconte son quotidien dans les quartiers populaires du Besançon des années 1980. Tout commence par une soirée glauque à la fin de ses trois semaines d’intérim à côté de l’usine Lip. 

Il vit encore chez la Ginou, sa mère adoptive au chômage. Une vie kitsch en version cradingue, avec les potes. Il aime ça, il cultive l’humour et le mauvais goût. Ses fulgurances cyniques ont une légère tendance à devenir obsessionnelles, surtout en fin de soirée. 

Sensible, curieux et drôle, il se lance dans une quête effrayante : celle de sa mère qu’il n’a jamais connue. Pourquoi effrayante ? À cause des accès de violence gratuite qui font monter la pression. Les figures maternelles suscitent sa colère, jusqu’à ce qu’il décide de devenir gigolo. Cette idée lui est venue après avoir ressenti une attirance pour Ninon,  belle femme mûre, bourgeoise cocaïnée mais lucide, croisée lors d’une virée nocturne en Suisse, à bord d’une voiture volée. Il tombera bêtement amoureux, ce qui fera de lui un conquérant dérisoire et dangereux. Pourtant, il reste fidèle en amitié et revient toujours au bercail familial.

Le lecteur est immergé dans une période de chômage, transcrite dans le langage interlope du gars qui s’accroche vraiment. Rien n’empêche toutefois la descente aux enfers, via un imaginaire précaire. La tranche de vie est faite de blagues crasseuses et de ressassements, de récits de rêves et d’hallucinations maternelles. Cowboy Light est un roman héroï-comique et touchant sur l’illusion sociale. Les rêves de grandeur et de fric, barrés par tant d’obstacles, ne sont-ils que vanité et folie ? C’est peut-être tout simplement ça, la vie. 

Ni son milieu, ni l’école ne lui ont laissé aucune chance. Le lecteur rit malgré le manque d’horizon des personnages. Un univers réaliste plein d’embrouilles et de trafics… En tout cas, la Ginou, sa mère adoptive, l’a bien houspillé, ses créanciers l’ont bien traqué, histoire de le faire entrer dans le rang.

Mais rien à faire, il se pense en héros et le Don Quichotte de la drague et du shit se fracasse. Belle plongée réaliste en zone précaire, touchée par les premières délocalisations des années fric. Une tendresse hardcore au style inimitable. 

Cowboy Light, Frédéric Arnoux, Buchet-Chastel, 2017.

Pour lire le début du roman, cliquez ici.
Vanessa Kientz




jeudi 31 août 2017

Les ateliers du Quartier : "écrire une nouvelle" (2017 – 2018)


Venez tenter l'aventure !

De septembre à décembre 2017
Atelier "écrire une nouvelle"
Un vendredi sur deux de 18 h 30 à 20 h 30
15 / 09 – 29 / 09 – 06 / 10 – 20 / 10

Centre culturel Paul B.
6 allée du Québec
91300 Massy
(RER Massy-Verrières)

Tout est précisé dans l'agenda de la mairie.

De janvier à avril 2018
Atelier "écrire une nouvelle"
Mardi 17 h – 19 h

Café Quartier
55 rue Charonne
75011 Paris
(métro Ledru-Rollin)

Association Butterfly
34 avenue saint Marc
91300 Massy

Téléphone :
01 83 50 03 05
06 62 51 87 33

Adresse mail :
butterflyparis1@gmail.com

Page Facebook :
Ateliers du Quartier



dimanche 27 août 2017

"Écrire une nouvelle"


 Ateliers d'écriture Butterfly : quoi de neuf ?


Voici la couverture du recueil de nouvelles écrit par les participants des ateliers précédents,  à paraître en novembre aux éditions du Quartier.



Pourquoi ? 



Pour si peu... En janvier, nous nous étions donné rendez-vous aux Terrasses de l'Opéra. Début des ateliers d'écriture à Massy. Des séances animées et riches en émotion. Thème libre et jeux d'écriture.



Où donc ?

Si l'aventure de l'écriture vous tente, rendez-vous le vendredi 15 / 9  à l'espace Paul B. de Massy. Au passage, la nouvelle programmation musicale est géniale.

Quand ? 

Vendredi 18 h 30 - 20 h 30.
Tous les quatorze jours entre septembre et décembre.

NB : L'atelier suivant aura lieu à Paris, au café Quartier, 55 rue de Charonne, près de Bastille. Il démarrera en janvier, un mardi sur deux de 18 à 20 heures.



Contact : butterflyparis1@gmail.com
@vanekien



À propos de Soumission, de Michel Houellebecq -----

Le roman est divisé en cinq parties, aérées de courts paragraphes d'une lecture aisée, dont certains sont datées du mois de mai. ...