mercredi 15 mars 2017

Les ateliers d'écriture Butterfly

 La fabrique du style

Écrire une nouvelle pour dire le monde contemporain. 

Déroulement
 Un aspect du travail d'écriture de la nouvelle est étudié lors de chaque atelier (2 sessions de 10 séances par an), à partir d'extraits de nouvelles de Svetlana Alexievitch, Jorge Luis Borgès, Tonino Benacquista, Edgar Allan Poe, Romain Gary, Dino Buzatti.
Un exercice d'écriture. Lecture partagée et commentaires.
Chacun continue à écrire sa propre nouvelle. Lecture partagée et commentaires.

Les nouvelles sont envoyées par mail, relues et commentées par tous les participants aux ateliers. Elles sont ensuite publiées dans un recueil par l'association Butterfly (version papier et numérique).

La fréquentation des ateliers est libre (règlement sur place, séance d'essai offerte).
Session 1 : du 3 janvier au 25 avril 2017 (tarif de lancement : nous consulter)
Session 2 : du 3 octobre au 19 décembre 2017 (30€/séance).

Il reste 2 places pour la session en cours (venir avec une nouvelle en cours d'écriture pour rejoindre les groupes constitués).

Les ateliers se déroulent le mardi de 17h à 19h au café Quartier, 55 rue Charonne, 75011 Paris (métro Bastille) et le mercredi de 18h à 20h aux Terrasses de l'Opéra, 5 rue du théâtre, 91300 Massy (RER B Les Baconnets).

Pour tout renseignement : associationbutterflyparis1@gmail.com
06 62 51 87 33

Animatrice de l'atelier et présidente : Vanessa Kientz
Trésorière : Chantal Glasman
Vice-président : Dévis Cécé

Vanessa Kientz :
Auteur de Rien à voir ! et de Prof à plein temps ! sous le nom de Vane Kien.
J'ai animé des ateliers d'écriture de nouvelles pendant une dizaine d'années à Saint-Lô (Manche), à Morangis et à Fleury-Mérogis (Essonne) auprès d'adolescents et d'adultes. Cinq recueils de nouvelles ont été publiés.

Du feuilleton à la série (les Mardis Littéraires de Jean-Lou Guérin)

Brooklyn Paradis, série littéraire de Chris Simon (saison 1)

samedi 4 février 2017

lundi 16 janvier 2017

Jeudi 19 janvier : 9ème édition des Marchés de l'Auto-édition, Du coq à l'âne, 28 rue Croix des Petits Champs, 75001 Paris





Voici quelques débuts de romans contemporains. Saurez-vous deviner lesquels sont auto-édités ?
(Réponse à la fin de l’article)

1. Finalement, je les ai accompagnés. Pas jusque là-bas, Orly suffisait. Orly à deux heures du matin. En échange ils m’ont laissé la voiture, pour toute la durée de leur absence.
Ma mère craignait d’avoir oublié de fermer l’eau. Plusieurs fois, elle a insisté pour que je passe chez eux à Bourg-la-Reine pour vérifier. Et tant que j’y étais autant jeter un coup d’œil au gaz. En voiture c’est pas loin. Mon père lui, ne disait rien. Il conduisait. Vingt-trois ans qu’ils avaient quitté l’Algérie. Vingt-trois ans qu’ils parlaient d’y revenir. Et c’était aujourd’hui.

2. Deux ans de ma vie pour que la pluie cesse. Inévitable. C'est le mot qui tourne en boucle dans ma tête depuis que j'ai mis le moteur en route. Inévitable, c'est le mot exact. Je le sais depuis toujours. J'ai repoussé et repoussé sans cesse. J'ai joué la montre, j'ai pris les chemins de traverses, et tout mon temps aussi.

3. Enceinte à quarante-huit ans pour la première fois, Enide attendait l’accouchement comme d’autres la roulette russe. Elle se réjouissait pourtant de cette grossesse qu’elle espérait depuis si longtemps. Quand elle en avait pris conscience, elle en était au sixième mois.
— Enfin madame, vous n’aviez plus vos règles ! dit le médecin.
— À mon âge, ça me paraissait normal.

4. Le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. Le médecin a assuré qu’il n’avait pas souffert. On l’a couché dans une housse grise et on a fait glisser la fermeture éclair sur le corps désarticulé qui flottait au milieu des jouets. La petite, elle, était encore vivante quand les secours sont arrivés. Elle s’est battue comme un fauve. On a retrouvé des traces de lutte, des morceaux de peau sous ses ongles mous.

5. Lapieta* ? Georges ? Tu le connais, c’est le genre de type à se rouler dans la confidence comme un chien de ferme dans la fosse à purin. (Ce mouvement hélicoïdal qui les torchonne du museau jusqu’à la queue !) Il est pareil. Il en fout partout. Alors autant entrer tout de suite dans l’intérieur de sa tête. Il n’y a pas d’indiscrétion, lui-même a tout raconté aux gosses ce jour-là. À commencer par la minutie avec laquelle il s’est préparé pour aller toucher son chèque.

6. Les quatre valises, à moitié vides, ont envahi le salon, deux ouvertes sur le canapé, une sur le fauteuil et la dernière sur le tapis. Assise sur le deuxième fauteuil, je les contemple. J’y ai déjà rangé sous-vêtements, chaussettes et pyjamas. C’est maintenant que cela se complique. Pour les garçons, j’ai une idée précise de ce dont ils ont besoin, mais nous… C’est le pire moment d’angoisse du voyageur, il sait qu’il est en train d’oublier quelque chose, peut-être le plus important, mais comme il n’a encore aucune idée de ce qui va s’avérer indispensable, il sent que la partie est perdue d’avance.

7. À l’isolement. Ç’a été leur dernière injonction et ils l’ont respectée. J’y suis, pas de télé, pas de Secret story avec mes copines de poisse surexcitées par la gloire. Pas de beaux mecs à pectoraux et cervelle passée au hâchoir.
Pourquoi est-ce encore moi qui paye ? Ils vont me laisser croupir là, et autoriser les angoisses de la nuit à me jeter un sort. Je lancerai contre leurs murs de pisse mon cri de cheyenne sans tribu.

8. Le ciel pourpre s’est retiré au-dessus des pavés du quai de Rive-Neuve, depuis un moment déjà, drapant les restaurants face au Vieux-Port d’un voile qui pourrait sentir bon les nuits d’été, si je n’avais pas autant picolé. L’air tiède s’engouffre à travers la vitre comme pour me susurrer que je viens de faire une énorme connerie.

9. Un jour de juin 1990, j’attendais au bar El Ideal, calle Morelos, une jeune chanteuse cubaine qui ne vint jamais. Elle était l’étoile de la revue du Tropicana de La Havane, qui prétendait non sans quelques excès être el cabaret màs fabuloso del mundo. Une pluie furieuse, que le vent tordait comme une serpillière sale, battait Veracruz.

1. Mazarine Pingeot, Théa, Julliard, 2017.
2. Sacha Stellie, Le choix des tricheurs, 2016 (auteur-éditeur).
3. Amélie Nothomb, Riquet à la houppe, Albin Michel, 2016.
4. Leïla Slimani, Chanson douce, Gallimard, 2016 (Prix Goncourt).
5. Daniel Pennac, Le cas Malaussène,Gallimard, 2017.
6. Chris Simon, Memorial Tour, Éditions du réalisme délirant, 2016 (auteur-éditeur).
7. Astrid Manfredi, La petite barbare, Belfond, 2015.
8. Matthieu Biasotto, Après moi le déluge, 2016 (auteur-éditeur).
9. Olivier Rolin, Veracruz, Verdier, 2016.

Les Vanités d'Anne Hecdoth: Poisson, Vanité n°0839

Les Vanités d'Anne Hecdoth: Poisson, Vanité n°0839